• Vol libre

    enfin presque...

    Rapace

     

  • Pause longue

    Au départ, c'est la pose. Mais il faut peu de choses pour attirer l'attention ailleurs et ainsi obtenir une expression naturelle :

    Joncquilles, Giny

     

  • Soleil de l'ombre

    les sous-bois se colorent à nouveau :

    Joncquilles, Giwan, Giny

     

  • En attendant la mer...

    les bateaux se séchent au soleil, accompagnés par les goëlands :

     

    Le Croisic

     

  • Mords-les

    ou, moins agressif, Morlaix.

    Bon anniversaire Papa !

     

    Morlaix

     

  • Un métier parmi d'autres

    celui de paludier. Le paludier, l'homme qui travaille dans le marais, récolte son sel de juin à septembre.

    La mer irrigue le marais salant par "l'étier" au rythme quotidien des marées. En période de saunaison, tous les quinze jours, le paludier admet l'eau grâce à une trappe dans la "vasière" : vaste réservoir de décantation. De là, sous l'effet d'une légère dénivellation, le paludier met l'eau à tourner dans la saline à travers une suite
    de bassins aménagés dans l'argile.
    Sous l'action du soleil et du vent, l'eau s'échauffe, s'évapore, la teneur en sel augmente : elle devient saumure. Dans le dernier bassin de décantation qu'est "l'oeillet", le sel se cristallise.


    Par vent d'est surtout, des cristaux fins et légers flottent en larges plaques à la surface de l'eau : c'est la “Fleur de sel” ou sel menu cueilli avec la lousse (3 à 5 kg par jour, par oeillet et par beau temps).

    Paludier, Guérande, Lousse

    Cent fois plus productive est la récolte de “gros sel” ou “sel gris” qui se forme au fond de l'oeillet et est récolté avec le las (50 à 70 kg par jour, par oeillet et par beau temps).

     

    Paludier, Guérande, Lasse

    Le sel est ensuite porté jusqu'au trémet (plateforme au bord de la saline) pour former un mulon (gros tas de sel) qui sera évacué en septembre vers un magasin à sel ou salorge.

    Paludier, Guérande

     

    Texte extrait du site : http://www.ot-guerande.fr/marais_salants.html

  • Futur sel ?

    Teintes salées dans les marais de Guérande, au soleil déclinant :

     

    Marais, Guérande

     

  • Pour tout l'or du monde...

    Mais chacun son 'or' :

    Marais, Guérande, fleur de sel

  • Visages

    Les différents visages des marais salants de Guérande.

    Premier contact : une succession de petites lagunes sauvages, bordées de végétation dense et variée, parsemées de bancs de sable, où les mouettes et autres oiseaux côtiers s'ébattent bruyamment :

    Marais, Guérande

     Puis, en s'aventurant plus loin sur un chemin étroit, on découvre les parcelles géométiques, appelées 'oeillets', et les monticules de sel :

    Marais, Guérande

    Plus loin encore, d'étranges champs d'algues aux couleurs changeantes selon l'éclairage du soleil :

    Marais, Guérande

     

    Pour ceux qui aiment les langues étrangères, un (petit) lexique des marais salants :  http://www.terredesel.fr/index.php?id=192

  • Etranges fidèles

    Le long de l'église de Guérande, une petite horde de personnages figés :

    Guerande

    Des musiciens, des artisants... des gens comme les autres en somme :

     

    Guérande

     

     

  • Comment se faire remarquer

    En se parant de couleurs vives :

    oiseau

     

    En se grandissant et en gonflant le cou :

    oiseau

    En se démultipliant par le jeu des reflets :

    oiseau

    Mais quel est donc ce bel oiseau ?

     

     

     

  • Chaton d'un soir

    ... espoir ?

    Chaton, coucher de soleil