• Vert

    petit paysage champêtre :

    Champ

  • Los Hervideros

    Retour à Lanzarote, plus précisément sur la côte sud-ouest, près de El Golfo. Une côte abrupte de lave déchiquetée par les flots furieux de la mer toujours en mouvement. Des cavités se creusent, et donnent entre autres des sites comme les grottes de Los Hervideros :

    Los Hervideros

     

    César Manrique a fait aménager ce site tout en respectant la nature environnante (un de ces grands principes appliqués à de nombreux sites touristiques sur cette île). On peut donc serpenter entre les rochers de lave... et voir la mer de l'intérieur d'une des grottes :

    Los Hervideros-interieur

     

    Un peu partout sur l'île, mais particulièrement à cet endroit, on trouve de l'olivine, pierre semi-précieuse. C'est le premier minéral à cristalliser lorsqu'un magma refroidit. Il est utilisé en joaillerie, sous le nom de Péridot.

    Ici dans son milieu d'origine :

    Los Hervideros-Olivine

     

    Ici en format 'souvenir' (ben oui, on est quand même touriste après tout) :

    Olivine-pierre

     

    On en trouve aussi sur les plages de sable noir, poli par les flots. Petite récolte rien que pour vous :

     Olivine-plage

  • P'tites bébêtes

    Lors d'une promenade le long du canal, un regard dans les fourrés :

    papillon

     

    J'ai vu sur un blog (sais plus lequel) qu'il y a deux sortes de coccinelles : les 'de chez nous', qui disparaissent lentement au profit des 'pas de chez nous', plus agressives et voraces. Celle-là, elle est de chez nous ou pas ?

    coccinelle

     

    Celui-là, il était ENORME ! Et pour finir, ça pique ou pas un bourdon ?

    bourdon

     

    Et celle-ci, je ne sais pas ce que c'est mais quand je l'ai approchée de très près pour tenter une macro, elle a boxé mon objectif. Dommage, la photo était flou mais c'était comique :

    insecte

  • Bonne nuit !

    Allez, un petit coucher de soleil de chez moi, ça faisait longtemps :

    soleil-nuages2

     

    Y'a quelqu'un là-haut ?

    soleil-nuages3

  • Végétation ?!

    Voici une vue pour le moins surprenante de la Géria, et de Lanzarote en général.

    Je suis arrivée dans cette région en passant par une chemin semi-carrossable, en hauteur. En jouant un peu sur l'angle de vue (à quattes pattes, le nez dans LE bouquet), on pourrait croire que le lieu est dotée d'une superbe végétation... Hum :

    Geria-bord chemin

     

    Une "fleur" bien plus représentative du climat : elle sèche sur place, pas besoin de la pendre ! Pratique pour les bouquets longue durée !

    Geria-Fleur sèchée

  • C'est à boire qu'il nous faut

    Et pour ça les habitants de Lanzarote de manquent pas d'imagination. La culture de la vigne est l'activité principale dans la région de La Geria.

    Images :

    Geria-mont

     

    Et oui, située au centre de l'île, cette région, comme le reste d'ailleurs, est très exposée aux vents omniprésents (alizés ou sirocco, c'est selon). L'astuce, c'est donc de construire de petits murets semi-circulaires en pierre volcanique, et de creuser au centre un trou assez profond pour que les racines des ceps puissent atteindre la terre arable.

    Geria-pied vigne

     

    Le climat de Lanrarote est subdésertique, et se caractérise par un régime pluviométrique faible (pluviosité < 200 mm/m² annuels). Ceci est principalement dû au relief spécifique de l'île : son altitude faible empêche la rétention de l'humidité contenue dans les vents alizés. Ces pluies de relief si abondantes dans les îles occidentales ne sont pas présentes ici du fait de l'absence d'obstacles montagneux d'envergure capables de retenir la « mer de nuages ». Le sol cultivé est donc recouvert de poudre de lave qui retient la rosée nocturne.

    Geria-horizon

     

    Malgré tout cela, le vin de Lanzarote est réputé. C'est un vin de Malvoisie, que l'on trouve en blanc ou en rouge :

    Geria-arceaux

  • Rétroviseur

    Je viens de tomber sur le site de l'éleveuse de mon chien... et j'y ai vue une photo de Giwan tout petit, la plus ancienne portée répertoriée sur sa liste. Coup d'oeil dans le rétroviseur, et soudaine re-prise de conscience de la vitesse du temps qui passe. Alors, juste pour le plaisir, une petite rétrospective :

    A son arrivée à la maison, à la Toussaint 2007 (2 mois) :

    Giwan 2 mois

     

    Et cet hiver, pendant les neiges de Janvier (16 mois) :

    Giwan 16 mois

    Il a pris du poil de la bête ! Vous le reconnaissez ?

  • Y'a pas d'lézard

    Paysage volcanique, écrasé par le soleil, balayé par le vent, semblant dépourvu de vie animale :

    Malpais de la Corona

     

    Et pourtant, en marchant parmi la végétation rase, j'entends soudain un léger bruissement. Une bête ?... Quelle bête ? 

    lezard 2

     

    Après avoir consulté un peu la littérature, il semblerait qu'on les appelle les lézards d'Haria, sous-espèce endémique de l'île.

    lezard 3

     Dommage, j'ai râté ma mise au point... J'aurais dû viser l'oeil.

    Tout a des couleurs surprenantes à Lanzarote. Celui-ci n'a pas été capable de choisir la sienne : il a pris le bleu et le vert !

    lezard 1

    ... A moins que ce ne soit le rejeton des deux autres ;-)

  • L'or blanc

    Le sel était aussi une des grandes ressources de Canaries. Voici les salines de Janubio. Ici, les champs de lave font place à ces patchworks salés, dont les couleurs tranchent dans cet univers sombre :

    Salinas de Janubio
     

    Le sel se dore la pillule :

     Salinas de Janubio 2

      

    Les couleurs de l'eau de mer :

    Salinas de Janubio 3

  • Du théorique au pratique

    Aujourd'ui, peu de photo mais une belle expérience.

    Ce matin, j'ai enfin réalisé une expérience à laquelle je pensais depuis des mois : je suis faire une balade à vélo avec mon chien !... "C'est tout ?" me direz vous, surpris par mon enthousiame. Et bien oui, mais ce n'est pas si simple.

    Objectif premier: limiter les risques de chute ou de collision avec le chien. Donc, j'avais investi dans une laisse élastique, qui s'attache autour de la taille. Les personnes qui font du cani-cross connaissent bien cet accessoire. Je lui ai appris depuis tout petit aussi à ne pas sauter sur les vélos, chose qui n'a pas été trop difficile puisqu'il ne le faisait pas spontanément.

    D'abord, départ de la maison, située dans un quartier résidentiel. Donc le chien en laisse (élastique)et moi sur le vélo. Première difficulté : à l'éducation canine, le chien travaille toujours à gauche de son maître. Ici, afin qu'il soit protégé de la circulation, je voulais le mettre à ma droite. Heureusement, à l'agility, le chien s'habitue à voir son maître des deux côtés. Cependant, il a fallu trouver un ordre pour qu'il comprenne que je souhaitais (j'exigeais même) qu'il reste à ma doite. J'ai donc transformé l'ordre 'Pied' en 'Pied droite'. Il a été un peu surpris et n'a pas capté immédiatement ce que je demandais mais après lui avoir montré plusieurs fois, il a fini par le faire.

    ONE POINT !

    Donc, départ dans le lottissement (ben oui, avec tout ça, je n'ai pas encore fait un tour de roue). Deuxième difficulté : le premier virage... Heureusement encore, à l'éducation canine, j'avais habitué le chien à distinguer la droite de la gauche dans les changements de direction, ce qui n'est pas explicitement demandé par les moniteurs mais j'avais eu une intuition... Donc, un 'Giwan, gauche' tombe au bout de 20 mètres. Et il obtempère !

    TWO POINTS !

    30 mètres après, la rue du lottisement débouche en T sur une autre rue. J'ai donc utilisé le précedemment appris 'Giwan, doucement' afin de ralentir le chien dans sa marche (enfin là, c'est plutôt dans son trottinement). Rapidement suivi d'un 'Giwan, droite' pour ne pas prendre le trottoir. La droite est un peu plus critique que la gauche car si le chien n'obeit pas, je risque de lui rouler dessus. Mais il a tourné ! Bravo Giwan !

    TREE POINTS !

    Puis première voiture qui arrive par derrière. Giwan, surpris, tente de se rassurer en revenant à une position connue : le pied à gauche. Oups, heureusement, il est passé par derrière le vélo. N'empêche, je l'ai remis à droite en réutilisant le 'Giwan, pied droite'. Là, je ne suis pas entièrement satisfaite de l'ordre, qui peut-être est une peu confus pour le chien car il combine deux ordres ayant une signification différente pour lui. Donc il faut que je trouve autre chose.

    Ensuite je parcours quelques centaines de mètres, traverse un carrefour, descends une rue à forte inclinaison, tourne à 90° à droite. Sans encombre. J'ai dû simplement lui rapeler régulièrement de tenir le 'pied droite'. Par contre, c'est là que je me suis aperçue de l'importance de la position du chien au pied : il ne doit pas être en avant du maître mais vraiment la tête à hauteur de la jambe. Quelques petits coups dans la laisse pour le lui rapeler a suffit pour qu'il se plie à cette exigence suplémentaire, pas vraiment toujours respectée sur le terrain d'obéissance. Bravo mon chien !

    FOUR POINTS !

    Puis nous arrivons sur le pré-Ravel (chemin aménagé pour les vélos et les piétons, éventuellement les cavaliers, pour ceux qui ne connaissenet pas). Là, je lâche le chien. Il gambade alors librement à mes côtés, parfois devant, parfois derrière, mais jamais il n'a traversé juste devant ma roue. Par contre, il était attentif à mes moindres mouvements comme je ne l'ai jamais vu auparavant; typiquement ce que j'essaie d'obtenir depuis longtemps sur le terrain. L'éducatrice a raison : plus vous le regardez et l'attendez dans les déplacement, plus il s'occupera d'autre chose. Ignorez-le et déplacez-vous avec assurance, c'est lui qui vous regardera et vous suivra à la trace. Ca marche !!

    FIVE POINTS !

    Difficultée suivante : croisement avec une petite rue (ça arrive de temps en temps sur les Ravels). Le chien est en liberté et je me dis que si je dois à chaque fois m'arrêter, l'attacher, me remettre en selle, traverser, puis m'arrêter de nouveau pour le relacher, ça va être pénible. Je décide donc d'appliquer les ordres du parcours sans laisse ,ce qu'on apprend à l'éducation depuis que nous sommes en section jaune (deux mois). Donc ça commence par un 'Giwan, pied roite' (bon, j'ai dû l'aider en agitant ma main côté droite et en répétant plusieurs fois l'ordre pour qu'il passe de gauche à droite), puis 'Giwan, doucement' (ralentissement immédiat), puis enfin 'Giwan, halte assis'. Nickel !! faut dire que le halte assis, il le fait super bien depuis longtemps. Je mets pied à terre, je regarde, pas de voiture, donc je remonte sur le vélo et seulement je lui dit 'Giwan, pied droite'. Il est reparti à mes côtés jusqu'à ce que je le laisse aller avec un 'Giwan, va'. T'es trop fort mon chien !

    SIX POINTS !

    Nous avons croisé quelques piétons. Aucun souci. Puis deux cyclistes : un qui roulait pépère donc j'ai laissé aller le chien, comme quand je le promène à pied. Le second roulait beaucoup plus vite. J'ai donc fait un rappel 'Giwan, pied droite' puis un 'pied' sur quelques dizaine de mètres, sans encombre.

    Par contre, la rencontre plus difficile à gérer : un autre chien, en laisse. Là, j'ai rapelé Giwan, l'ai repris en laisse et puis je suis remontée sur le vélo. A l'éducation, il a très fort tendance à aller vers l'autre chien et je dois jouer sur la laisse pour le dissuader. Ici, c'était plus difficile et un départ intempestif me mettait assurément par terre. J'ai donc bien insisté sur le 'Giwan, pied' et sur le 'Giwan, non' lorsque son museau se tournait vers l'autre chien... Et ça c'est passé comme une lettre à la poste !

    SEVEN POINTS !!!

    Tout ça en 40 minutes !! Nous sommes prêts pour le permis à points des cyclistes canins !!

    Oui mon chien, je suis super fière de toi !

    Giwan-sable

  • El Golfo


    Je suis aussi allée à El Golfo, petit village blanc caché derrière de hautes falaises, sur la côte ouest de Lanzarote. Il possède une plage de sable noir au milieu de laquelle émerge un rocher impressionnant :

    El Golfo-plage

     

     

    Lorsque je commence à marcher le long de cette plage, je découvre à l'arrière une grande lagune d'eau verte... Bon d'accord, je savais qu'elle existait, j'avais lu le guide. Mais je pensais qu'elle se situait plus loin :

    El Golfo-Lago de Los Clicos 2

     Sa couleur est due au phytoplancton en suspension. D'après le guide toujours, "l'eau y est plus dense et plus salée qu'à la Mer Morte". En effet, lors des très grandes marées, la mer recouvre entièrement la plage et ré-alimente ce lagon.

    En longeant la lagune, je m'étonne de l'aspect et des couleurs de la falaise :

     El Golfo-Lago de Los Clicos

     

    Puis au bout de la plage, la falaise change totalement de couleur :

     El Golfo-falaise rouge

     

    Je la gravis avec ardeur, puis je me retourne : un vrai patchwork de teintes ! Près du rivage se trouvent quelques personnes (si si, regardez bien) : ça vous donne une idée des dimensions !

    Mer-Lago de Los Clicos

     

    Ensuite, petite virée dans le village lui-même pour le dîner : une orgie de poissons et crustacés en tout genre. Les rues partent toutes des noms de voiles de bateaux. Ici, une maison d'angle. J'imagine le casse-tête pour le mobilier...

    El Golfo-maison

  • Après l'effort...

    le réconfort. Ou une certaine idée des vacances :

    biere

    A votre santé à tous !

  • La graciosa

    Petite île au nord de Lanzarote, toute en contraste. D'abord, le petit port qui reçoit 3 fois par jour la navette venant de Lanzarote (j'ai beau aimer le tourisme discret, je n'allais quand même pas y aller à la nage !):

    Caleta de Sebo

     

    Puis, à l'aide d'un VTT, j'ai traversé l'île, cap vers le nord. Il n'y a aucune route asphaltée. Il n'existe que quelques chemins de terre et de sable (dur pour les mollets). Le reste, c'est pour les randonneurs.

    Donc, après déjà quelques tours de roue, je croise le mont Las Agujas, avec ses dessins d'extra-terrestes. C'est le plus haut point de l'île, qui culmine à 266 mètres (c'est pour ça qu'ET a choisi cete endroit pour atterrir):

    Graciosa-Las Agujas

     

    En arrivant à son pied, au milieu d'une végétation rase et colorée, je découvre une petite surface cultivée (de cactus of course, les salades ça ne poussent pas bien sous ce climat) :

    Graciosa-culture

     

    En atteignant la côte nord, j'arrive sur la plage de Las Conchas, endroit paradisiaque et désert. Mélange des couleurs : le noir de la lave, le jaune chaud du sable fin, le vert tendre des plantes grasses, le bleu profond de la mer :

    playa de Las Conchas

     

    Là, petite halte bien méritée. Cependant, le vent du secteur nord, toujours assez fort dans cette région, empêche raisonnablement toute baignade. Pas grave, je passe plus d'une heure à essayer d'immortaliser LE rouleau (largement suffisant pour un surfeur lilliputien):

    Las Conchas-rouleau

     

    Puis je ré-enfourche mon VTT et suis le chemin (très ensablé sur cette partie) qui contourne les monts par le nord et redescend le long de la côte est de l'île. J'aperçois enfin les falaises de Lanzarote (faut pas râter le dernier bateau, sinon c'est la traversée à la nage pour de bon) :

    Graciosa-cote est

     

    Puis direction sud ouest, droit vers le village (enfin, presque...), à travers un paysage désertique, aride, caillouteux, creuvassé, presque lunaire (euh... c'est ce qui se dit en tout cas, je n'ai pas encore visité ce satellite pour l'affirmer) :

    Graciosa-chemin

     

    NB; je n'ai pas râté le bateau, mais j'ai eu mal aux fesses tout le lendemain. Les fauteuils des terrasses de café sont quand même plus confortables !

  • microcosme cactusal


    Ces sont les petits animaux vivants au milieu des cactus (cherchez pas dans le dico, c'est du vocabulaire 'home-made').

    mouche

    Une mouche, même verte, en soi, ça n'a rien d'extraordinaire me direz vous. C'est exact, mais comme je n'ai pas d'objectif macro, j'ai pris cette photo le nez dans le cactus, l'appareil photo presque en contact avec la mouche. Et l'extraordinaire, c'est que la mouche est restée !!

     

    P1110623

    un peu la même situation acrobatique pour cet insecte (par contre, je ne sais pas ce que c'est).

     Et maintenant, encore plus fort : DEUX volants sur la même photo !

    volants

     

    Non, je ne suis pas passionnée par les rampants non plus, voire les araignées me répugnent, mais c'est sans doute la raison par laquelle je les trouve en même temps fascinantes :

     araignee

    Par contre là, j'évite absolument de toucher l'animal avec le verre de mon objectif car si elle me tombe dessus, je HURLE !

  • Princesses du désert


    Derrière les forteresses d'épines , voici les joyaux colorés :

    P1100019

     

    P1090875

     

    P1090919

     

    P1110560

     

    P1110759

     

     echinocactus grusonii

  • Aie !!!


    Spécialement pour Jean-Jacques, témoignage qu'effectivement les cactus, ça pique :

    oputia tunicata

     

    cactus1

     

    echinocactus grusonii1

     

     pachycereus weberi

    Et oui, vous vous en doutiez, j'ai testé... Ces cactus ne bluffent pas : redoutables.

  • Cochenille

    A Lanzarote, il fut un temps où les cactus étaient cultivés pour l'élevage des cochenilles. Celles-ci étaient ensuite utilisées pour fabriquer du colorant rouge. Actuellement, il ne reste plus guère de fermes à cactus mais Guatiza, petit village blanc au pied d'un volcan, produit encore des champs entiers de cactus aux fleurs colorés :

    Guatiza

  • Pas touche !

    Manoeuvre d'intimidation, toutes plumes dehors, regard de travers :

    cygne1

     

    Pour protéger sa belle !

    cygne3

  • Entre les deux...

    Mon coeur balance

    coeur-marie

  • I have a dream...

    L'improbable rencontre d'Athos le chat et Flipper le poisson rouge :

    athos-flipper

    Pourtant ils se cotoient toute la journée dans la cuisine. Petit hic pour Athos : l'aquarium est muni d'une solide couvercle...

  • Aux aguets

    Les chevaux ne leur font pas peur; Giwan beaucoup plus. Méfiance !

    Lapin-cheval

  • Chat perché

    Athos, qui profite des derniers rayons de soleil :

    Athos-orchidee

  • Tourisme (très) local

    La collégiale Sainte Gertrude à Nivelles, vue du parc de la Dodaine :

    Collegiale

     

     

    Puis vue de la Grand-Place :

    Collegiale2

     

    Le sonneur de cloche :

    Collegiale3

    La petite histoire:

    Le joyau architectural du Brabant wallon. De dimensions impressionnantes , elle se caractérise par une composition harmonieuse alors qu'elle est le fruit de campagnes de construction distinctes. L'église (nef, transepts et chœur oriental sur crypte) a été consacrée en 1046, l'avant-corps a été bâti à la fin du XIIe siècle, l'entrée sud et le cloître au XIIIe siècle. Ravagée par le bombardement allemand du 14 mai 1940, elle a été reconstruite en style roman après consultation de la population le 14 décembre 1974.
    La tourelle sud de la Collégiale Sainte Gertrude de Nivelles est ornée d'un petit guerrier de huit pieds de haut (soit 2,08 m.), habillé de plaques de laiton doré et armé d'un marteau. Son poids est de 350 K. On l'appelle 'Jean de Nivelles'.

  • Une maille endroit, une maille envers

    Regardez-moi bien dans les yeux : le tissage était connu des escargots bien avant que l'homme ne s'y mette !

    escargot